La santé au cœur des priorités de Pascal Bastarache

Patrick Vaillancourt
pvaillancourt@icimedias.ca

La santé au cœur des priorités de Pascal Bastarache
Pascal Bastarache, candidat du Parti québécois dans Laviolette-Saint-Maurice. (Photo : Sandra Lacroix)

POLITIQUE.  Venant du monde de la santé, il va de soi pour le candidat du Parti québécois dans Laviolette-Saint-Maurice Pascal Bastarache de faire de la santé sa priorité s’il devient député.

Après avoir œuvré dans le réseau de la santé comme agent d’intervention, préposé aux bénéficiaires et auxiliaire aux services de santé et sociaux, Pascal Bastarache en est venu rapidement à s’impliquer dans la sphère syndicale, pour représenter ses collègues du réseau. Après être devenu président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et des métiers de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) de la Mauricie et du Centre-du-Québec, il a occupé le poste de vice-président régional à la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN.

« C’est mon expérience du monde de la santé qui m’a emmené en politique, et j’avais le goût d’en faire encore plus », exprime le candidat sur sa volonté de s’impliquer en politique.

De par ses fonctions syndicales, M. Bastarache devait se déplacer dans différentes municipalités du comté, comme à La Tuque ou Shawinigan. « J’étais actif dans le monde de la santé comme représentant syndical. J’ai été appelé de rencontre plusieurs fois les salariés à La Tuque, et c’était important pour moi afin de bien comprendre la réalité du milieu. Je calque mon approche politique un peu comme j’ai entrepris mon rôle de président syndical, c’est-à-dire aller sur le terrain pour bien comprendre la réalité des gens. »

Depuis les deux débats des chefs présentés à la télévision, M. Bastarache a senti un changement dans la réception des gens sur le terrain concernant la plate-forme du PQ. « On a vraiment senti un gros changement, opine le candidat. Lors de mon porte-à-porte, c’est immanquable. Je me présente comme candidat du PQ, et on me dit immédiatement… votre chef fait bien ça! On voit vraiment que Paul St-Pierre-Plamondon a réussi à montrer l’homme qu’il est, un homme posé et un gars d’idée. Il est capable d’ouvrir la discussion sans tomber dans la rengaine politique de se chicaner avec les autres. Je base ma personne politique en me basant sur notre chef. »

Le candidat n’en démord pas, le principal objectif pour le comté s’il est élu est de procéder au virage à 180 degrés vers les soins de santé à domicile. « Même si c’est dans la plate-forme nationale, c’est un enjeu local très important. On a un taux de vieillissement de la population important dans le comté. »

Pour M. Bastarache, le dossier de l’ancienne usine Belgo a aussi assez traîné. « C’est l’un des dossiers qu’on devra s’attaquer le plus rapidement possible. Aussi l’usine d’eau potable du Lac-à-la-Pêche. C’est un dossier que j’ai suivi avec attention, il va falloir que la classe politique provinciale mette la main à la pâte avec le maire de Shawinigan. Il y a eu des enveloppes données à la base, mais il y a eu des imprévus. On sait qu’il y a des poursuites judiciaires, mais pour moi c’est inconcevable de regarder ça aller et laisser faire le municipal. Un gouvernement c’est là pour aider ses régions et ses municipalités, et c’est ce que je vais faire. »

Tout comme son chef, M. Bastarache n’a pas voulu tirer de flèches sur la députée sortante. « Je ne rentre pas là-dedans, je vais laisser la population juger de ce qu’elle a fait lors de son mandat », conclut le candidat.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Claude Gélinas
Claude Gélinas
2 mois

Rentrer au bercail du PQ. À tous ces électeurs naïfs déçus croyant qu’à force de se faire dire NON par le Fédéral le PM reprendrait le flambeau du projet de pays il faut revenir au PQ. Ne pas voter pour la CAQ ou élire un Gouvernement minoritaire permettrait de bloquer le projet de tunnel au coût de 12, 5 Milliards + 35 % sous le fleuve. Non à un PM vire-capot qui est prêt à vendre le Québec pour une poignée de dollars.