Pompage Mauricie change de mains

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage

Spécialisée dans la vidange de fosses septiques et de bassins d’épuration d’eaux usées, Pompage Mauricie, de Trois-Rivières, vient d’être achetée par VIRIDIS Environnement, de Beloeil dans la région de la Montérégie.

Sur son site web, le nouvel acquéreur se décrit comme la plus importante entreprise détenue par des Québécois dans le domaine de la valorisation des MRF (matières résiduelles fertilisantes). VIRIDIS traite annuellement près de 250 000 tonnes de matières et compte plus de 380 producteurs agricoles parmi ses clients.

En fait, derrière cette transaction anodine se dissimule une acquisition stratégique visant à positionner avantageusement VIRIDIS vis-à-vis la nouvelle politique de gestion des matières résiduelles du gouvernement du Québec.

Un holding international

En premier lieu, une part de l’actionnariat de VIRIDIS est détenue par le Groupe JAFACO, dont les bureaux administratifs sont à Saint-Hyacinthe. Plus important intégrateur canadien dans le secteur des veaux de boucherie, JAFACO est présent également aux États-Unis et au Brésil et possède plus de 10 000 acres de terres.

Notons que JAFACO possède également des parts dans Services Environnementaux Richelieu (SER) qui a hérité du contrat de 16 millions$ pour revaloriser les 225 000 tonnes de matières abandonnées sur l’ancien site de compostage de Saint-Luc-de-Vincennes.

Environ 95% de cette matière sont redirigés vers des fermes pour la fertilisation de leur champ. Fait à noter, VIRIDIS était jusqu’à récemment une filiale de SER. Opérant maintenant de façon distincte, les deux entreprises maintiennent toujours des liens d’affaires, SER étant responsable de la cueillette et du transport des MRF.

Une acquisition stratégique

En devenant propriétaire de Pompage Mauricie, VIRIDIS devient la seule entreprise au Québec totalement intégrée dans le traitement et le recyclage des boues industrielles et municipales. Pompage Mauricie a développé depuis deux ans une spécialisation dans la déshydratation des boues d’étangs de traitement des eaux usées et dans la collecte des boues de fosses septiques, notamment grâce à une technique de déshydratation et d’entreposage unique qui permet d’importantes économies de transport aux clients. L’entreprise trifluvienne avait d’ailleurs bénéficié en juin dernier d’un prêt de 575 000$ d’Investissement Québec pour l’achat d’une centrifugeuse.

Jean-Luc Boisvert, le co-propriétaire de Pompage Mauricie, continuera d’œuvrer au sein de l’entreprise en tant que partenaire-actionnaire. Il assumera la direction des opérations mentionne VIRIDIS dans un communiqué.

Avec cette acquisition, VIRIDIS s’assure d’un approvisionnement plus important et plus stable en matières organiques pour sa division de recyclage agricole. De plus, VIRIDIS pourra être en lien direct avec les générateurs de ces matières, notamment les municipalités et les industries. Grâce à sa flotte de camions-citernes et vacuum, Pompage Mauricie permettra également à VIRIDIS de réduire ses frais externes en transport et d’offrir à ses clients industriels des solutions clés en main dans la gestion des boues liquides.

Mentionnons que la mise en œuvre de la politique québécoise de gestion des matières organiques hors enfouissement devrait générée sur le marché au cours des prochaines années plus de 2,5 millions de tonnes humides de nouvelles matières résiduelles, dont la grande majorité est destinée à être utiliser comme fertilisant dans les champs agricoles.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des