Projet pilote dans les zecs de la Mauricie

Par superadmin

L’Association Régionale des Gestionnaires de zecs de la Mauricie (ARGZM) participe présentement à un projet pilote visant à expérimenter une nouvelle structure de sensibilisation et de protection axée sur le partage des assistants à la protection de la faune.

Ce projet évalué à 90 000$, dont 30 000$ proviennent de la Fondation de la faune du Québec, sera étalé sur une période de trois ans et se déroulera à la grandeur des 11 zecs de la Mauricie. L’ARGZM compte sur cette nouvelle façon de faire pour améliorer la protection de la faune et de ses habitats sur les territoires et satisfaire les besoins des membres et utilisateurs.

Depuis plus de 30 ans, les onze zecs mauriciennes aménagent leurs territoires grâce à des projets de restauration de plans d’eau, d’aménagement de frayères et d’harmonisation des usages.

Tous ces projets totalisant plus de 8 millions$ ont été rendus possibles par le soutien de la Fondation de la faune du Québec, le programme de mise en valeur des ressources du milieu forestier, la conférence régionale des élus de la Mauricie, la Ville La Tuque et la MRC Mékinac ainsi que plusieurs autres partenaires.

Ces aménagements ont permis d’améliorer l’offre de chasse et de pêche de ces territoires et de satisfaire les besoins de la clientèle, représentant plus de 5000 membres et plus de 30 000 utilisateurs. Ces territoires couvrent l’équivalent de 7317 km2.

Composée de personnes d’expérience et d’anciens agents de protection de la faune à la retraite, l’escouade régionale de protection de la faune des zecs de la Mauricie accompagnera et formera les assistants à la protection de la faune et les gardiens directement sur leur territoire. Le projet est orienté vers la sensibilisation, l’information, l’éducation, et l’utilisation de leurs pouvoirs d’application de la loi lorsque nécessaire.

La direction régionale de la Protection de la faune a collaboré en émettant des certificats de désignation des assistants à la protection valides pour toutes les zecs de la Mauricie. Le ministère suit de près le dossier et évaluera au fur et à mesure les nouvelles modalités qui pourraient être intégrées aux Règles d’encadrement des associés à la protection de la faune.

L’ARGZM croit qu’à terme, une meilleure planification, le partage des ressources et de meilleures méthodes de travail permettront de mieux protéger les ressources fauniques sur le territoire.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des