Rapport de la CMQ: Shawinigan apportera des modifications

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Rapport de la CMQ: Shawinigan apportera des modifications
Sur la photo, François St-Onge, directeur général adjoint, Michel Angers, maire, et Yves Vincent, directeur général.

SHAWINIGAN. Suite au dépôt du rapport d’audit de performance mené par la Commission municipale du Québec (CMQ) publié mardi matin, la Ville de Shawinigan accepte la majorité des 10 recommandations sur les finances et sur l’encadrement de la Société de développement de Shawinigan (SDS) et a désigné quelles mesures à court terme elle allait appliquer pour améliorer son fonctionnement.

On retrouvait trois personnes de la Ville afin de répondre aux médias lors de la conférence de presse de mardi après-midi, le maire Michel Angers, le directeur général Yves Vincent, et le directeur général adjoint François St-Onge.

Shawinigan était l’une des premières villes du Québec à recevoir un tel rapport, puisqu’en juin 2019, la Ville avait mandaté la CMQ afin de réaliser un audit de performance.

«Un audit de performance est un exercice très stimulant pour toute l’organisation, souligne le maire Michel Angers. Comme le constate avec nous la Commission, nous avons assurément de grands défis à relever pour continuer à mettre à niveau nos infrastructures tout en maintenant un endettement raisonnable. C’est exactement le but que nous recherchons en misant sur les programmes d’aide financière du gouvernement pour entretenir nos réseaux d’aqueduc, d’égout et de voirie.»

«Nous avons l’intention de proposer au conseil des mesures à court terme, au cours des prochains mois, pour certaines recommandations. Alors que pour d’autres recommandations, des mesures à moyen terme seront proposées au cours des trois prochaines années. Certaines recommandations nécessiteront toutefois des analyses plus approfondies. Toutes ces mesures seront intégrées dans un plan d’action qui sera déposé à la Commission», explique le directeur général Yves Vincent.

Le maire a tenu à préciser qu’au cours des 12 dernières années depuis qu’il est à la tête de la Ville, les investissements étaient liés à des subventions gouvernementales obtenues. M. Angers a utilisé une image dans ses commentaires. «On nous demande combien de fois nous allons passer la balayeuse par mois, quand la moitié de la maison était en feu et qu’on l’a rénové. On était dans des urgences, les usines fermaient, les gens perdaient leur emploi et l’économie était en train de tomber. On a redressé notre économie. (…) On veut bien planifier à long terme pour les 10 prochaines années, mais les programmes gouvernementaux sortent d’année en année. Si on connait les programmes pour les 10 prochaines années, on sera en mesure de mieux planifier de notre côté avec notre stratégie de réduction de la dette. (…) Si c’était à refaire, je prendrais les mêmes décisions. Dans l’ensemble, on accueille les recommandations de la CMQ. Ce qu’on est capable de faire, on va le faire, et ce qu’on est incapable de faire, on ne le fera pas.»

Les actions en lien avec les recommandations

Concernant l’élément financier de réduction de la dette à long terme de la Ville et sa stratégie de réduction en ne dépassant pas la barre de 16 M$ par année en règlements d’emprunt, la Ville fera à court terme une politique de gestion de la dette qui va inclure la stratégie de réduction de la dette existante, et une politique de gestions des réserves et des excédents accumulés. «Même si pour la CMQ, le chiffre de 16 M$ n’est pas réaliste et qu’on devrait l’indexer, on va tenter de maintenir ça le plus possible. Si on suit notre plan de match, on va se situer au même point que les autres villes comparables pour notre endettement, et peut-être même moins importantes puisque de 2015 à 2019, notre endettement a été beaucoup moins important que les autres villes», précise M. Angers.

À moyen terme, il est question d’un plan de gestion des actifs en lien avec la démarche; d’une planification stratégique et un plan financier avec objectifs et prévisions à long terme; une analyse des tendances significatives et un examen des risques importants; et l’analyse de l’état de ses finances à l’aide d’indicateurs en s’inspirant des pratiques recommandées de CPA Canada.

Concernant les recommandations liées à la SDS, le conseil proposera un projet d’entente avec la SDS. Cette entente comprendra l’encadrement des activités de la SDS en tenant compte de son modèle d’affaires; des mécanismes d’évaluation et de reddition de comptes; la Ville pourra mettre des ressources humaines à la disposition de la SDS; le directeur du Service économique Luc Arvisais sera présent à titre d’observateur et non sur le conseil d’administration; et le dépôt semestriel d’un tableau de bord à la CMQ sur l’administration et le développement économique. «Pour nous, ça avait du sens de prendre le directeur du service économique qui est en lien avec la SDS, il peut travailler sur les bâtiments de la SDS. C’était logique pour nous. On avait une philosophie, la CMQ en a une autre, on va s’adapter à leur philosophie», ajoute le maire Angers.

Le processus décisionnel d’un projet d’investissement de la SDS sera formalisé; et la proposition au conseil d’un moyen pour régulariser le cautionnement non conforme.

Il est possible de consulter le rapport complet de la CMQ, tout comme le communiqué de presse de la Ville de Shawinigan en entier en cliquant sur ce lien.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires