Rencontre au sommet entre Serge Corbin et Canots Rhéaume  

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Rencontre au sommet entre Serge Corbin et Canots Rhéaume  
Serge Corbin avec le C1 fabriqué par Canots Rhéaume qui sera commercialisé à compter du printemps 2022.      (Photo : courtoisie)

Le légendaire Serge Corbin lancera un C1 au printemps 2022 en collaboration avec Canots Rhéaume, de Saint-Tite.

Cette association entre deux sommités dans leur domaine donnera une embarcation répondant aux exigences des normes de compétitions tout en convenant à l’amateur qui pagaye pour son plaisir.

«Je recevais beaucoup de demandes, mais je travaille de façon très artisanale. J’en fais trois ou quatre par année seulement. Canots Rhéaume va pouvoir les fabriquer beaucoup plus rapidement et à meilleur coût», explique celui qu’on surnomme le Roi de la rivière Saint-Maurice en vertu de ses 26 victoires enregistrées à la Classique de canots.

L’embarcation sera un peu plus large que les C1 fabriqués par le résident de Saint-Boniface. «Il ne faut pas que tu sois gros pour embarquer dans un canot de compétition. Alors ceux-là, on va les faire pour qu’une personne avec un peu plus gros bassin puisse s’y glisser.» Les canots qui seront signés des deux noms devraient peser environ 25 livres, soit légèrement plus que ceux en carbone de Corbin.

«On met nos forces en commun, explique pour sa part Alain Gallant, directeur général de Canots Rhéaume. Nous, on fournit l’expertise technique et lui, c’est la dimension, le design du canot. Ça va être de très grande qualité et ultraléger. Les amateurs de canot en ont entendu parler et on reçoit déjà des téléphones et des courriels pour savoir à quel moment il sera prêt.»

Après qu’une entreprise de la Beauce eut fabriqué le moule du canot sous les directives de Canots Rhéaume qui avait construit la matrice, Serge Corbin se rendait régulièrement à l’usine de Saint-Tite pour mettre la touche finale à l’embarcation. «Un canot de compétition, c’est complètement différent d’un canot régulier. La localisation du siège et des cale-pieds, l’emplacement de la trappe pour vider l’eau. C’est beaucoup d’ajustement. Des fois, c’est plus long que de fabriquer le canot», note Serge Corbin.

La version finale a été complétée à la fin du mois d’août et Canots Rhéaume prend déjà les précommandes en prévision du lancement officiel au printemps prochain. Tout dépendant des équipements qui viendront avec le canot, de même que du type de matériau utilisé pour la coquille, le prix oscillera entre 6000 et 6500$ par embarcation.

«Le fibre de verre et le carbone, ce n’est évidemment pas le même prix», souligne le légendaire canotier de 64 ans qui continue de s’entraîner même si sa dernière participation à la Classique remonte à 2010. «Je n’ai jamais arrêté de faire du canot. Mais je n’ai plus 25 ans. Les bobos prennent plus de temps à guérir à mon âge. Il faut y aller plus mollo», termine-t-il en souriant.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires