Rendre l’exportation accessible

Par superadmin

Les gens d’affaires de la région se sont réunis à la microbrasserie Le Trou du Diable pour un 5 à 7 organisé par le Carrefour Québec International, un organisme spécialisé en promotion des exportations en Mauricie. Au menu : lancement de la saison 2012-2013 et mini conférences des entrepreneurs Isaac Tremblay, du Trou du Diable, et Luc Bouthillier, de Nirvana chauffe-piscine Inc.

Programmation 2012-1013

Les activités et formations proposées par le Carrefour Québec International (CQI) font partie de l’offre de service de l’organisme dans le but d’aider les entreprises qui exportent déjà ou veulent se doter d’une stratégie d’affaires à l’échelle internationale.

«C’est important pour nos PME qui ont des produits qui se démarquent d’exporter hors Québec afin d’assurer leur croissance et de diversifier leurs sources de revenus. Plus nous aurons d’entreprises qui exportent en Mauricie, plus nous assurerons une bonne santé économique pour la région», a expliqué Catherine Gervais, directrice générale CQI.

D’ici au printemps, les entreprises pourront choisir parmi plusieurs activités de sensibilisation et des formations spécialisées offertes par l’organisme. Pour commencer la saison, CQI organisera un déjeuner table ronde pour présenter son Projet régional de consolidation des expéditions en charge partielle (LTL) le 12 septembre. Ce projet vise à regrouper le plus grand nombre d’entreprises possibles pour identifier des routes communes et ainsi réaliser des économies de volume en matière de transport.

«Nous désirons pousser davantage le membership des entreprises afin que ces dernières se sentent bien comprises et desservies par nos services. Nous tentons toujours de cerner les besoins mutuels afin que chacune d’elle atteigne ses objectifs initiaux», déclare Sandrine Jobin, coordonnatrice régionale à l’exportation en Mauricie concernant la vision de l’organisme.

Elle ajoute que des formations, notamment pour démystifier les affaires au sein du continent africain, développer l’art de savoir se vendre ou encore se perfectionner en aspects légaux et fiscalité sont du programme des activités de la saison 2012-2013. Pour en savoir davantage sur le Carrefour et les services qu’il propose, de même que pour le calendrier complet des activités : http://www.cqinternational.org/ 

Témoignages d’entrepreneurs

Luc Bouthillier a ensuite ouvert la portion «mini conférence» en entretenant les participants de son expérience, en parlant des obstacles rencontrés et surtout des solutions trouvées pour obtenir du succès sur les marchés internationaux. Ce dirigeant chez Nirvana Chauffe Piscine Inc. est spécialisé dans la conception et la fabrication de thermopompe chauffe-piscine pour les secteurs résidentiel et commercial. Maintenant présente en Europe, aux États-Unis et au Mexique, Nirvana a su tirer son épingle du jeu selon CQI.

«Les affaires se portent bien dans l’exportation grâce à une bonne dose de patience, à une saine gestion et à un effort de fournir un service à la clientèle hors pair malgré la distance», a souligné M. Bouthillier. L’entrepreneur a aussi insisté sur l’importance de savoir analyser pour ensuite négocier avec les partenaires et en arriver à réaliser des économies. Également, l’idée de s’arranger avec son institution financière pour obtenir une garantie de taux est une solution efficace pour favoriser la confiance des partenaires et augmenter les achats des produits de l’entreprise.

Enfin, selon M. Bouthillier, il est futé de penser à entretenir le lien avec les clients étrangers à l’aide de participations à des attractions locales qui créeront ainsi un rapprochement. «J’ai eu de belles expériences à faire découvrir, par exemple, le traîneau à chiens à des partenaires étrangers», a-t-il précisé.

De son côté, le directeur au développement des affaires à la microbrasserie Le Trou du Diable, Isaac Tremblay, a aussi pris la parole pour transmettre sa vision de l’exportation et de l’innovation. «Bien que nous en sommes présentement davantage à l’importation que l’exportation, nous visons, avec notre nouvel emplacement au Centre d’entrepreneuriat de Shawinigan, à rendre disponible nos bières dans les Maritimes, en Ontario, en Alberta et, éventuellement, dans 40 États américains», a mentionné M. Tremblay.

L’homme compte ainsi sur un espace cinq fois plus grand qui permettra d’augmenter le travail en laboratoire et la fermentation des produits, de même que d’embaucher une quinzaine d’employés grâce à un investissement de 2,4 millions de dollars.

«Le plus dur c’est de se frayer un chemin et, avec la participation à de nombreux festivals et événements, j’estime qu’on a réussi à ouvrir de nombreuses portes de relations d’affaires à l’étranger. J’ai toujours dit qu’on fonctionnerait par rayonnement et c’est ce qui s’est produit!», a-t-il déclaré.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des