Simon Boudreau: un début en montagnes russes

Par superadmin

Après avoir connu un début plutôt difficile, le défenseur Simon Boudreau est devenu un joueur de confiance pour l’entraîneur-chef Martin Bernard au cours des dernières semaines. L’arrière de 18 ans a compris que pour connaître du succès dans le circuit Courteau, il se devait d’être intense sur la glace.

De son propre aveu, Simon Boudreau reconnaît avoir connu un début de saison en montagnes russes. «Je crois que j’ai connu un bon départ, mais j’ai manqué de constance par la suite. J’ai bien commencé la saison, mais ça a été en dégringolant, un peu comme tout le monde. Ça revient peu à peu. Ça va avec les performances de l’équipe», a-t-il laissé tomber

Le numéro 3 est maintenant convaincu que pour contribuer aux succès de son équipe, il doit être intense lorsqu’il saute sur la glace. «Je connais mon travail et le système de jeu en place. Il y a la technique, mais également le travail. Mon positionnement m’aidait souvent à me rattraper et je me fais de plus en plus confiance, ce qui aide beaucoup. C’est lorsque tu penses que tu pousses au maximum que tu ne pousses pas vraiment à ton plein régime. Je l’ai réalisé».

Les séries dans la mire

Les Cataractes de Shawinigan sont à neuf points d’une place en séries éliminatoires, un objectif qui est atteignable selon Simon Boudreau. «Ce n’est pas la même ambiance que l’an dernier, alors qu’il y avait de petits groupes. Cette année, on se tient et on est sûr qu’on peut augmenter notre niveau de jeu en décembre. Il ne manque que la confiance. Certains ont appris à perdre l’an dernier et vivent avec ça cette année. Nous devons jouer selon le système en place et n’importe qui est en mesure de mettre la rondelle dans le but. Nous n’avons pas marqué des buts compliqués à Gatineau et je suis convaincu que nous pouvons tous faire le travail», a-t-il lancé sans hésitation.

Invité à commenter le choix de Félix-Antoine Bergeron et Francis Beauvillier à titre de co-capitaines, Boudreau a affirmé que l’organisation avait fait le bon choix suite au départ de Frédérick Gaudreau pour Drummondville. «Ce sont deux gars qui ont de l’expérience. Beauvillier a été jusqu’en finale de la Coupe du Président et a vécu Lewiston, alors il sait comment ça fonctionne. De son côté, Bergeron a remporté la Coupe Memorial à Shawinigan. Les deux ont une attitude gagnante».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des