Synapse Électronique dans la cour des grands

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Synapse Électronique dans la cour des grands
On aperçoit ici Luc Gélinas (à gauche) en compagnie de Simon F. Beaumier, ingénieur junior Production automatisée, et Martial Bilodeau, directeur du département R&D. (Photo : L'Hebdo / Bernard Lepage)

ÉLECTRICITÉ.  La nouvelle est passée sous le radar mais Hydro-Québec annonçait à la fin du mois d’octobre la création d’une nouvelle filiale qui pourrait avoir un effet dynamo sur une brillante PME shawiniganaise.

Hilo est la nouvelle branche de la société d’État chargée de développer des solutions d’énergie intelligente. Avec le manufacturier Stelpro, Hilo a créé une coentreprise qui développera des produits innovants dont la fabrication sera confiée à Synapse Électronique.

«Hydro-Québec est un symbole pour les Québécois et d’obtenir sa confiance, ça nous rend fier et optimiste pour l’avenir même si c’est difficile d’en mesurer les impacts pour l’instant», explique Luc Gélinas, cofondateur de l’entreprise basée sur la 7e avenue, dans le secteur Grand-Mère.

Fondée en 2002, Synapse Électronique conçoit, fabrique et livre des produits électroniques, principalement des thermostats distribués partout en Amérique du Nord et en Europe. «Nous étions deux au départ dans un local de 200 pieds carrés et aujourd’hui, on compte 103 employés qui travaillent sur une surface de 45 000 pieds carrés», raconte avec fierté l’entrepreneur.

La PME est un joyau peu connu à Shawinigan mais son expertise se mesure à l’échelle internationale. Ses concurrents ont pignon sur rue au Mexique et en Asie. «Nous sommes reconnus comme des innovateurs dans le marché. Nous avons un département de recherche et développement et j’ai toujours tenu à réinvestir constamment dans l’entreprise. Ça fait partie de notre culture», ajoute Luc Gélinas.

Synapse Électronique produit une centaine de produits différents, principalement pour Stelpro  mais aussi pour une vingtaine d’autres clients. «Depuis trois ans, nous avons diversifié notre carnet de commandes et notre chiffre d’affaires a augmenté de 25%», note-t-il. Testés chacun à trois reprises au cours du processus de fabrication, environ 3500 produits par jour, soit un peu plus de 18 000 par semaine, sortent de l’usine du secteur Grand-Mère.

«Environ 50% de nos équipements sont automatisés et nous voulons augmenter ça a 70%», explique Luc Gélinas en montrant un robot capable de faire des soudures de façon autonome. «Nous n’avons pas le choix, sinon ce ne sont pas 100 employés que nous aurions besoin mais bien de 250.» Dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre, l’automatisation n’est pas une option mais une obligation.

Importance des ressources humaines

Bien qu’il parle beaucoup de production, toute la question du bien-être du personnel est au cœur des préoccupations de Luc Gélinas. «Je tiens à ce que notre département des ressources humaines soit un modèle de gestion», explique-t-il en désignant une immense salle multifonctionnelle destinée aux employés. «Nous présentons de quatre à six conférences par année. Nous avons déjà présenté un humoriste et lorsque nous avons embauché notre 100e employé, j’ai fait venir chanter Alain Quessy pour un 5 à 7. Pour moi, il y a un temps pour travailler mais aussi un temps pour profiter.»

Comme tout entrepreneur qui se respecte, Luc Gélinas garde les pieds sur terre même devant les brillantes perspectives du nouveau partenariat Stelpro/Hydro-Québec.  «Avant même de l’apprendre, nous avions déjà un plan de croissance pour les cinq prochaines années. Cette nouvelle va sans doute le consolider et peut-être l’accélérer», termine celui qui entend bien croître dans la ville où il a posé ses premiers jalons.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des