Un nouvel horizon pour la clientèle autiste

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Un nouvel horizon pour la clientèle autiste
Sur la photo, on aperçoit Marc-Antoine Sayer, usager, Chantal Moreau, intervenante, Michèle Duchesne, intervenante, et Maude Paquette-Martin, directrice. (Photo : Patrick Vaillancourt)

L’organisme communautaire ­Les ­Horizons ­Ouverts est un centre d’activités de jour pour les personnes autistes avec pignon sur l’avenue ­St-Alexis. Grâce à de nombreux donateurs, l’organisme a agrandi ses locaux afin de pouvoir accueillir un plus grand nombre de personnes. L’Hebdo a voulu en savoir plus sur l’un des seuls organismes au ­Québec à offrir des activités de jour aux autistes sur une base quotidienne.

Les Horizons Ouverts a vu le jour en 1994 alors que le premier local était un bâtiment de ferme rénové à ­Saint-Boniface. Depuis 2014, l’organisme se trouve à ­Shawinigan.

Pendant la pandémie, l’organisme a procédé à la location d’un local laissé vacant, ce qui a permis d’au moins doubler sa superficie. « C’est en raison de la forte augmentation de notre clientèle qu’on a procédé à l’agrandissement, explique la directrice générale ­Maude ­Paquette-Martin. Ça faisait plusieurs années qu’on avait ce projet en tête. Les propriétaires de l’immeuble, des gens de ­Québec, nous ont fait un beau cadeau en offrant les frais de location à un prix minime. L’agrandissement nous a permis en septembre dernier d’accueillir nos personnes en respectant la distanciation. »

On aperçoit la directrice Maude Paquette-Martin et un usager Wapiti Mélançon-Gignac.

L’agrandissement est un projet total de 60 000 $, et l’organisme est à la recherche de la moitié de la somme. « ­Enfin cette ­bâtisse-là sera belle ! »

Il y a 32 adultes autistes qui fréquentent les ­Horizons ­Ouverts sous forme de rotation. Par jour, l’organisme peut accueillir 12 personnes par jour, comparativement à 8 personnes auparavant. « ­La rotation se fait selon les besoins de la personne autiste. Certains peuvent venir quatre fois par semaine, tandis que pour d’autres ce sera une fois. Avec le financement nécessaire et après la pandémie, nous pourrions avoir une capacité d’une trentaine de personnes par jour », ajoute la directrice.

Le financement de l’organisme provient en partie du ­CIUSSS ­MCQ. Les ­Horizons ­Ouverts reçoivent une somme de 180 000 $ par an, alors que son budget annuel est de 300 000 $. L’organisme compte beaucoup sur les dons de la population pour boucler son financement chaque année. « ­On a un ratio d’un intervenant pour maximum trois personnes, alors c’est certain qu’avec un financement plus important en serait en mesure d’embaucher plus d’intervenants pour accueillir plus de personnes. On est 9 au total, et l’idéal serait 12 intervenants », ajoute ­Mme ­Paquette-Martin.

Les activités offertes

Pour la directrice des ­Horizons ­Ouverts, l’organisme se distingue puisque les intervenants s’adaptent à la personne. « ­Notre slogan est s’épanouir autrement. Ces personnes ont dû s’adapter toute leur vie à un système scolaire plus rigide. On prend d’abord le temps de connaître les désirs de la personne. On offre le service de traiteur. Nous avons une cuisine adaptée et la demande pour nos plats préparés est très grande. On ne fournit plus ! ­Ce sont des mets équilibrés, et toute la population peut en commander. Nos usagers en commandent beaucoup. Pour eux, c’est valorisant de dire qu’ils mangent un plat qu’ils ont préparé. C’est au centre de nos activités depuis le début. »

Mme ­Paquette-Martin indique qu’il existe une variété d’une cinquantaine de plats différents chaque semaine, pour environ 80 portions par jour, 320 plats par semaine, pour 7250 plats par année. Il est possible de commander en ligne sur le site web de l’organisme.

Il existe aussi la culture de légumes pour les mets. Les usagers s’occupent du potager.

On retrouve aussi un atelier de travaux manuels pour améliorer la motricité des adultes autistes. Il s’agit d’un démantèlement d’appareils électronique, ce qui permet aussi à l’organisme d’avoir une autre source de financement avec la vente des métaux. « ­On est à la recherche active de contrats manuels, que ce soit de l’étiquetage, l’empaquetage, de l’expédition, de la réparation comme nous avons plusieurs outils. Nos usagers apprennent tellement en réalisant ces tâches, et l’aspect social demeure au cœur de tout ça », exprime la directrice.

Un mot sur le projet J’ai mon appart’

« ­On suit ce projet avec beaucoup d’engouement parce que l’hébergement des personnes autistes c’est une grande problématique, autant dans la région qu’au ­Québec. C’était un besoin criant à ­Shawinigan. On serait ouvert à faire un partenariat avec les gens de J’ai mon appart’ et accueillir des résidents ici. Ça serait un beau complément avec l’hébergement et l’enseignement des habiletés socioprofessionnelles. Les partenariats sont toujours les bienvenus, c’est l’esprit même du communautaire », exprime ­Maude ­Paquette-Martin.

Témoignage d’un usager

Wapiti ­Mélançon-Gignac fréquente les ­Horizons ­Ouverts depuis plusieurs années. « Ça me permet de faire quelque chose en venant ici. Ça me fait sentir utile, c’est valorisant, et ça permet de socialiser. Ça donne un beau sentiment de fierté aussi ! »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires