Un Shawiniganais aux commandes

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage

Récipiendaire d’une Médaille du service méritoire remise le 20 juin dernier à Rideau Hall à Ottawa par le Gouverneur général pour ses états de services en Afghanistan, Steve Jourdain n’avait pas encore pleinement savouré la cérémonie qu’il devait prendre à une autre le 5 juillet suivant: la prise de commandement du 3e Bataillon du Royal 22e Régiment (3 R22eR) à la Citadelle de Québec.

Reportage photos complet sur la prise en charge du commandement du 3e Bataillon du Royal 22e Régiment

À LIRE AUSSI: L’Afghanistan de Steve Jourdain

 

Pour ce Shawiniganais né dans le quartier Lévis à Shawinigan et qui a fait ses études secondaires à l’école du Rocher à Grand-Mère, il s’agissait de l’aboutissement naturel d’une carrière amorcée il y a presque vingt ans à l’ex-Collège militaire à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Bachelier en histoire avec brevet d’officier, le lieutenant-colonel Jourdain est aujourd’hui à la tête d’une unité d’infanterie légère d’environ 650 membres qui compte dans ses rangs des éléments aéroportés, amphibies et héliportés.

«On débute en commandant un peloton de 40 personnes puis après, ça va au mérite comme dans toutes les professions. On te donne le commandement d’une compagnie de 150 soldats puis aujourd’hui, c’est un bataillon. Pour un officier de carrière, c’est un beau défi.»

D’une durée de deux ans, son mandat consiste à entraîner ses soldats afin qu’ils soient prêts à tout moment à être déployé pour répondre à une mission. Cet automne par exemple, environ 200 de ses soldats se rendront en Afghanistan pour former les forces armées afghane. «Si c’est le bataillon au complet qui avait été appelé, c’est moi qui l’aurait commandé mais cette fois-ci, ils se joignent à un groupe d’un millier de soldats qui aura son propre commandant.»

Fait à noter, le 1er Bataillon du Royal 22e Régiment est aussi commandé depuis août 2011 par un Shawiniganais: le lieutenant-colonel Louis Lapointe, de Shawinigan-Sud. «C’est exceptionnel comme situation, reconnaît le major Jourdain. Je ne crois pas qu’on va revoir un jour deux Shawniganais aux commandes de deux des trois bataillons du seul régiment francophone au Canada.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des