Un troisième mandat pour Angers

Par superadmin
Un troisième mandat pour Angers
Michel Angers est réélu à la tête de la Ville de Shawinigan pour un troisième mandat.

POLITIQUE MUNICIPALE. C’est tout sourire, au bras de son épouse, que Michel Angers s’est présenté sur la scène du Centre des arts de Shawinigan devant une centaine de citoyens réunis pour la soirée électorale. Le maire de Shawinigan, réélu pour un troisième mandat, a récolté 11 402 votes, soit près de 60% des votes.  

Michel Angers a mené sa campagne avec le slogan «Construire l’avenir maintenant», slogan qu’il a répété lors de son discours.

«Construire une ville dont nous sommes fiers, une ville dont nous aurons toujours un sentiment d’appartenance s’accentuant, une ville qui bouge avec des citoyens et des citoyennes actifs. Il y a encore énormément de défis qui nous attendent, et nous tenterons de les relever de la meilleure façon possible, de façon ouverte et transparente et, comme nous l’avons toujours fait, en étant à l’écoute des citoyens et citoyennes», a-t-il entre autres lancé à la foule.

Le maire réélu s’est notamment montré heureux de la parité hommes-femmes qui règne maintenant au sein du nouveau conseil municipal, qu’il a par ailleurs félicité. «Je peux vous assurer que nous allons travailler d’arrache-pied pour vous représenter de la meilleure façon possible, mais surtout avec un objectif ultime de faire de Shawinigan une ville qui continue d’avancer», a-t-il adressé aux citoyens.

«Shawinigan est sur toutes les lèvres. D’autres projets vont arriver très bientôt. Vous verrez que nous sommes dans la bonne direction.»

Lors de l’élection de 2013, Michel Angers avait récolté 77% des votes, soit 17% de plus que pour la présente élection. En campagne électorale, il avait mentionné son désir d’obtenir à nouveau un mandat fort, lui qui souhaitait récolter au moins la moitié des votes.

«Je considère que c’est toute une tape dans le dos que j’ai reçu ce soir. J’en suis parfaitement heureux et je considère que le travail qui a été fait au cours des huit dernières années a été apprécié par une grande majorité de la population», estime-t-il. «À partir du moment où on a plus de la moitié des votes, on se considère assez chanceux. C’est un message extrêmement clair», a-t-il ajouté, en comparaison avec d’autres villes dans la province.

Selon les résultats non-officiels, 47,1% des électeurs ont exercé leur droit de vote à Shawinigan.

«J’ai donné une voix aux gens qui n’étaient pas d’accord»

Le candidat François Bonenfant, qui a récolté 5131 votes, soit 27% des votes, s’est dit satisfait malgré la défaite. «Si on additionne les deux côtés, la tape dans le dos qu’il voulait, il ne l’a pas vraiment», fait-il valoir.

Bonenfant s’est dit très satisfait de la campagne qu’il a menée, sa toute première en politique municipale. «J’ai donné une voix aux gens qui n’étaient pas d’accord, c’est le principal. (…) Nous sommes partis de rien, pas d’équipe. C’était David contre Goliath. Il (Michel Angers) avait une équipe énorme derrière lui, ils ont mis le paquet.»

Selon lui, que doit retenir Michel Angers de cette campagne? «On pourra analyser le vote dans chaque district à froid, mais d’ores et déjà, je peux dire qu’on sentait sur le terrain que les villes qui ont été fusionnées sont très abandonnées par la ville centre. Les gens devront continuer à taper sur le clou, parce que l’administration municipale a de grosses lacunes. Ils dépensent, dépensent, dépensent sans être à l’écoute des citoyens. Si on veut un sentiment d’appartenance dans une ville, il faut que tous les secteurs en aient pour leur argent. Le maire doit les écouter, parce que la ville n’appartient pas au maire. Elle appartient aux citoyens», a-t-il exprimé.

À 59 ans, François Bonenfant n’entend pas se présenter aux prochaines élections municipales dans quatre ans. «J’ai fait mon effort. Honnêtement, je ne pensais pas être élu. Je suis très satisfait de ce que j’ai fait», conclut celui qui entend néanmoins continuer de défendre les intérêts des citoyens et des secteurs.

De son côté, la candidate Judeline Corriveau, qui a fait un bref passage au Centre des arts de Shawinigan dimanche soir, s’est montrée assez avare de commentaires. Cette dernière a récolté 2496 votes, soit 13% des votes. «Je me sens bien, nous avons fait une belle campagne. Nous allons prendre le temps d’analyser la situation demain et de remercier les gens qui ont travaillé fort derrière moi.»

Ce qu’elle retient de sa première campagne? «Les gens à Shawinigan sont formidables, c’est la raison pour laquelle j’avais choisi cette ville pour y vivre.» Mme Corriveau a quitté avant la fin de la soirée électorale.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des