Une nouvelle clinique ambulatoire dès janvier 2022

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Une nouvelle clinique ambulatoire dès janvier 2022
La nouvelle clinique ambulatoire sera construite sur le stationnement actuel de la Coopérative Solidarité Santé Le Rocher. (Photo : L'Hebdo / Bernard Lepage)

SANTÉ. Projet dans l’air depuis près de 20 ans, le déménagement de la clinique ambulatoire de Grand-Mère, située au CHSLD Laflèche, deviendra finalement réalité alors que la Coopérative Solidarité Santé Le Rocher (CSSLR) a signé le 24 septembre dernier un contrat de 15 ans avec le CIUSSS Mauricie / Centre-du-Québec (MCQ). 

«C’est un beau cadeau pour toute la région», s’est exclamé Gabriel Sansoucy lorsque rejoint par L’Hebdo.«C’est une très belle démonstration que l’économie sociale peut autant performer que l’entreprise privée. Et la population gagne doublement, car ça vient renforcer notre pôle santé déjà existant et ça permet aux contribuables québécois d’économiser des millions de dollars», ajoute le directeur général de la CSSLR.

La coopérative avait soumis un projet de 546 767$ sur une base annuelle (8 201 515$ au bout de 15 ans) tandis que la famille Gauthier, qui proposait de le construire sur la 7e avenue dans le secteur où elle détient des locaux commerciaux (IGA, SAQ, etc.), avait déposé un dossier de 877 521$ par année (13 162 815$ sur 15 ans).

À compter de la signature du contrat avec le CIUSSS MCQ, soit le 24 septembre 2020, Gabriel Sansoucy a 15 mois pour livrer un bâtiment fonctionnel pouvant accueillir la future clinique ambulatoire. «Ça fera un beau cadeau de Noël à nos membres, mais surtout à la population», confie-t-il.

Soixante places de stationnement

Concrètement, la nouvelle clinique ambulatoire sera construite sur le stationnement actuel de la coopérative. Il s’agira d’un édifice de 17 000 pieds carrés (8500 pieds carrés sur deux étages). Des 37 cases de stationnement actuelles, il en restera environ une dizaine qui sera réservée aux personnes à mobilité réduite et aux femmes enceintes.

Parmi les exigences du CIUSSS, il y avait l’obligation d’aménager un stationnement payant de 60 places pour les futurs usagers de la clinique. La coopérative avait donc il y a quelques mois soumis une offre d’achat conditionnel pour un immeuble situé sur la 8e rue, situé de biais à ses locaux. Elle a de plus acheté une résidence sur la 10e avenue, voisine elle-aussi de ses locaux, pour là aussi aménager un stationnement pour la vingtaine de personnes qui œuvreront à la clinique ambulatoire. «En fin de compte, on va passer de 37 stationnements pour les usagers à une soixantaine», explique Gabriel Sansoucy.

La CSSLR a de plus entrepris des discussions avec la Ville de Shawinigan pour vérifier si la piste cyclable sur la 8e rue pourrait être déviée sur quelques pâtés de rues afin de permettre aux voitures de se stationner gratuitement. «On discute aussi de la possibilité que les autobus du transport en commun passent à proximité de la future clinique afin que les gens sans voiture puissent y accéder facilement», détaille le directeur général de la coopérative.

Le transfert de la clinique ambulatoire de l’ancien hôpital Laflèche est dans l’air depuis que sa vocation a été changée pour devenir un CHSLD il y a plus de 20 ans…

Un investissement de 5 millions$

Lorsque  l’ajout des nouveaux 17 000 pieds carrés sera terminé en décembre 2021 pour une ouverture le 1er janvier 2022, les 4500 membres de la coopérative santé seront propriétaires d’un immeuble de 50 000 pieds carrés. «C’est assez impressionnant», relève Gabriel Sansoucy. «Ce projet, c’est un investissement de près de 5 millions$ pour nous. Notre but, comme coopérative, ce n’est pas de faire une tonne d’argent avec ça. On a calculé nos frais et on y a ajouté une petite réserve au cas où il y aurait des imprévus.»

La future clinique ambulatoire comprendra donc tout ce qu’on retrouve déjà au CHSLD Laflèche (urgence, sang, radiographie) et on ajouterait quelques services comme la clinique de santé sexuelle – actuellement à l’hôpital du secteur Shawinigan-Sud – et des soins de gériatrie. Les services de radiologie seraient bonifiés, par rapport à ce qui est offert présentement, avec l’ajout d’un appareil d’ostéodensitométrie permettant de mesurer la densité des os.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires