Une nouvelle ressource pour le GEPEEP

Par Antoine Tremblay

Grâce à une subvention de l’Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie, le Groupe d’entraide pour les parents d’enfants avec excès de poids (GEPEEP) a embauché une coordonnatrice des activités de fonctionnement et de recrutement et pourra, du même coup, respirer un peu plus librement pour les cinq prochaines années.

Le GEPEEP, unique ressource québécoise du genre et fondé en 2007, fonctionnait jusqu’à tout récemment avec des commandites. «Que ce soit des compagnies pharmaceutiques ou d’entreprises de la région, le GEPEEP est très bien accueilli du côté communautaire, explique celle qui est à la base du groupe, Céline Raymond. Nous avons beaucoup de soutien du Collège Shawinigan. C’est à cet endroit que les activités se déroulent. Le IGA Baril nous aide également beaucoup en nous fournissant les ingrédients pour les ateliers de cuisine», ajoute-t-elle.

Cette subvention permettra une certaine stabilité de l’organisme. «Ça ne prend pas un gros montant. Vous comprendrez qu’aller chercher des petits montants ici et là nous demande une énergie folle», souligne Mme Raymond.

Nouvellement retraitée du CLSC, Jacinthe Belainsky est la nouvelle recrue du GEPEEP et c’est avec joie qu’elle a accepté cette proposition. «C’est un beau défi et c’est très intéressant! J’étais infirmière en santé communautaire depuis une vingtaine d’années et je travaillais avec les familles et les jeunes. J’ai été confrontée dans ma pratique à des gens ayant des troubles de conduites alimentaires. Je suis convaincue par expérience que ça prend vraiment une équipe multidisciplinaire pour traiter ces jeunes, tant du côté de l’alimentation, de l’activité physique que du côté psycho social», explique la dame.

Le GEPEEP offre différents ateliers pour les parents et les enfants. Ils se divisent en plusieurs blocs dont un sur la nutrition, un bloc sur l’activité physique et le changement des habitudes de vie, etc. Ces ateliers sont animés par des professionnels de la santé. Pendant ce temps, les enfants font de l’activité physique. «Il faut leur faire goûter le plaisir de bouger. Il faut intégrer la pratique parce que l’on aime ça. Il ne faut pas attendre que les conséquences d’un excès de poids s’installent», dit Céline Raymond.

Et sur le terrain, quels résultats donne le GEPEEP? «Les résultats sont très positifs, avance d’entrée de jeu une mère dont la fille souffre d’un excès de poids, Pascale Leblanc. Le Groupe lui apporte une prise de conscience quotidienne. Le problème de base est de bouger. Nous n’avions pas d’outils. C’est toute une étape à franchir. Ce n’est pas évident de s’avouer et d’avouer à notre enfant qu’il a ce genre de problème», mentionne-t-elle.

Un des avantages du Groupe qui ressort le plus est que toute la famille participe aux activités. Mme Leblanc soutient que le programme n’est pas uniquement axé sur le surplus de poids. «Il y a une chimie qui se fait entre les jeunes, c’est incroyable! C’est toujours un rendez-vous et ce n’est jamais un fardeau.»

Le GEPEEP a un protocole d’entente avec le CSSS de l’énergie. Dans la prochaine année, Céline Raymond explique que le Groupe se consacrera à définir son programme précisément. «Ensuite, nous pourrons penser à faire du développement vers l’extérieur et à faire des maillages ailleurs au Québec avec des personnes se souciant de la santé des enfants.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires