Vente de l’église Saint-Pierre qui sera convertie en musée

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Vente de l’église Saint-Pierre qui sera convertie en musée
Entourant l'acquéreur Jorge Gonçalves et l'abbé Dany Dubois, on retrouve René Gélinas, président de la fabrique paroissiale; Jean-Yves Tremblay, conseiller municipal et président du conseil local du patrimoine; Denis Jean, coordonnateur de la paroisse; et le maire Michel Angers. (Photo : L'Hebdo / Bernard Lepage)

TRANSACTION. Après plusieurs mois d’incertitude quant à son avenir, l’église Saint-Pierre a finalement été vendue à un acquéreur qui s’est engagé à conserver et mettre en valeur ses trésors religieux et culturels.  

Le nouveau propriétaire, Jorge Gonçalves, est un ingénieur d’origine portugaise habitant la région de Montréal depuis plusieurs années. Pour 40 000$, il met la main sur l’église, mais également le presbytère adjacent.

Sur le site de Royal LePage, la propriété était encore affichée récemment au prix de 399 000$, mais son évaluation foncière se chiffre à 2,5 millions$ (2 189 000$ pour les immeubles et 322 000$ pour le terrain). Pour la paroisse Sainte-Marguerite-d’Youville, bien que l’écart soit important, il s’agit d’un prix d’achat raisonnable étant donné que l’entretien des bâtiments nécessitait des dépenses récurrentes d’environ 68 000$ par année.

Selon le contrat de vente. Jorge Gonçalves devient aussi propriétaire de l’orgue Casavant, des vitraux de Guido Nincheri et de plusieurs biens religieux comme les bancs et les objets fixés au mur, comme le chemin de croix, qui auraient été difficiles à retirer  sans débourser d’importantes sommes. «L’important, c’est de conserver le patrimoine et la meilleure façon, c’est de le conserver ensemble», a estimé Denis Jean, secrétaire de la fabrique.

La paroisse Sainte-Marguerite-d’Youville garde cependant les statues, mais a consenti à les laisser en guise de prêt dans l’église puisque le nouveau propriétaire entend mettre en valeur tout ce patrimoine religieux.

Présenté à la presse régionale vendredi dernier, Jorge Gonçalves a dévoilé une partie des projets qu’il entend mener dans ses nouvelles propriétés shawiniganaises. L’église sera ainsi convertie en musée, mais il entend sonder la population sur d’autres avenues qui pourraient être empruntées. Dans le cas du presbytère, l’ingénieur a parlé de le transformer en résidence pour retraités et même de la possibilité d’y aménager une garderie.

Dossier complexe

Il y a déjà plusieurs mois que Jorge Gonçalves avait manifesté son intérêt auprès du courtier Jean Guguy pour l’église et le presbytère, mais des questions de servitudes et de propriétés remontant à  plus d’un siècle ont retardé l’issue de la transaction.

Des recherches notariales ont ainsi permis de retracer un contrat de 1900 dans lequel la Shawinigan Water & Power (SW&P) cédait le terrain à l’évêché de Trois-Rivières pour des fins strictement religieuses. Comme la transaction de 2019 nécessitait la désacralisation par le diocèse de l’église Saint-Pierre, cette clause devenait problématique. Des démarches ont été ainsi entreprises auprès d’Hydro-Québec pour faire lever la servitude, mais entretemps, d’autres recherches ont permis de retracer un autre contrat datant de 1929 dans lequel la SW&P renonçait à sa condition initiale.

Enfin, les recherches cadastrales ont aussi permis de constater que le muret de soutènement en pierres et la clôture en fer forgé autour de l’église étaient situés sur des terrains appartenant à la Ville de Shawinigan. Parallèlement, celle-ci avait aménagé une partie de la rue Hemlock sur la propriété de la paroisse Saint-Pierre telle qu’elle s’appelait à l’époque. Ainsi, les deux parties ont dû procéder à des échanges de terrains afin de régulariser les titres avant de finaliser la transaction avec M. Gonçalves.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des